-
-
Retour
-
-
GUERRE DE 1914
L’Habillement En 1914 les soldats français ont encore des uniformes peu adaptés à la guerre moderne. Les fantassins  ont des pantalons de couleur rouge garance et une capote de couleur bleu-gris. Leur képi est rouge. Ils sont donc facilement repérables par les ennemis, des cibles faciles à atteindre. Les troupes allemandes ont une tenue de campagne grise (tout comme leurs alliés autrichiens). En matière de chaussures les français ont des brodequins prolongés par des bandes molletières, qui prennent du temps pour être nouées, alors que les allemands ont des bottes de cuir rapides à enfiler Les soldats français portent un sac de 30 kg auquel sont accrochées des gamelles. Au début du conflit nos soldats ne portent pas de casque. Compte tenu du nombre élevé de blessures à la tête et de leur gravité l’état major décide d’équiper les troupes d’une sorte de protection de la tête. Au départ (1915) ce ne sera qu’une simple feuille d’acier estampée en forme de soucoupe et que les soldats porteront sous leur képi. Cette coiffure instable et inconfortable sera alors remplacée (1916)  par le casque Adrian.
LE SOUVENIR FRANCAIS du DOUBS
L’Infanterie de ligne
Elle se composait de 173 régiments comptant chacun, à la mobilisation, 73 officiers et 3 200 hommes En 1914 une compagnie d’infanterie comptait 250 hommes armés du fusil, avec une mitrailleuse pour 2 compagnies, en 1917 elle ne comptait plus que 194 hommes avec des fusils VB (tromblon tirant la grenade VB) , des fusils mitrailleurs, et d’un petit canon de 37 par bataillon.  Les territoriaux Le citoyen français après avoir appartenu 11 ans à la réserve passait à la territoriale pour 7 ans. .
Les chasseurs à pied Ils se repartissaient en 31 bataillons. Leur  équipement etait identique à celui de l’infanterie. Il était composé  de jeunes gens soigneusement sélectionnés. Les chasseurs alpins Affectés à la défense de la frontière des Alpes. Infanterie alpine Ces chasseurs avaient l’équipement des chasseurs alpins mais leur béret s’ornait d’une grenade rouge. Il y eut 6 régiments de la sorte. L’Infanterie de l’armée d’Afrique Composée des zouaves, des tirailleurs (9 régiments en 1914 ), tirailleurs sénégalais, infanterie coloniale et légion étrangère.      
LES BLINDES
L’armée anglaise à l’origine de cetta arme créa un nouveau corps qui comprenait 184 officiers et 1610 soldats. 
 L’AVIATION
A la mobilisation elle n’était qu’une subdivision d’arme sous la direction du Génie. L’aviation française considérée comme la meilleure au début du conflit se bornait à des missions de reconnaissance et d’observation. En 1914 elle comprenait 21 escadrilles d’armée et 3 de cavalerie. Il y avait 8 appareils par escadrille. A la mobilisation 4 nouvelles escadrilles furent crées. Leur habillement était le suivant: - les tenues de vol au début de guerre étaient très variées avec des habits civils. - celles du personnel non naviguant était de couleur bleu horizon à partir de 1915.
CAVALERIE
Ils étaient compsés de 81 régiments stationnés en France. Ils étaient à 4 escadrons actifs et un escadron de dépôt. L’escadron actif comprenait 5 officiers, 147 sous officiers, brigadiers, et cavaliers et 165 chevaux. Avec ces 5 escadrons le régiment représentait une force de 785 hommes dont 35 officiers. Il y avait 770 chevaux  de troupe et 48 chevaux d’officiers. Il y a lieu de distinguer: - les cuirassiers  soit 12 régiments. - les dragons soit 32 régiments - les chasseurs à cheval - les hussards. - les chasseurs d’Afrique soit 4 régiments - les spahis soit 9 régiments (7 algériens et 2 tunisiens) La cavalerie était vétue du bleu horizon.      .
ARTILLERIE
L’artilleur français portait la veste bleu foncée fermée par 9 boutons en cuivre. Chaque division d’artillerie se composait de 9 batteries de 4 canons de 75 chacune.
Elle était composée de l’artillerie de campagne montée, à pied, lourde, de montagne et coloniale.
Les régiments d’artillerie de campagne étaient composés de 3 à 4 groupes d’artillerie ( 1 groupe est composé de 3 batteries de canons de 4 pièces de 75 mm). ..
Il y avait 65 régiments d’artillerie divisionnaire, 20 régiments de corps d’arméee, 2 régiments de montagne,
SERVICE DE SANTE
En 1914 il était composé de 64 000 hommes dont 5400 médecins. Il était divisé entre: - les services de l’avant avec le personnel régimentaire, les ambulances et hopitaux  de campagbe - les services de l’arrière avec les hopitaux d’évacuation et ceux de l’intérieur du territoire? Un médecin pour chaque bataillon d’infanterie et d’artillerie et deux médecins pour chaque bataillon de chasseurs et dans chaque régiment de cavalerie Un corps d’armée avait six médecins, 123 infirmiers et 3 officiers d’administration.  Une division de cavalerie avait 6 médecins et 28 infirmiers. Entre 1914 et 1918, 21 219 452 soldats de toutes les nations furent soignés (source US War departement). 
INFANTERIE
Fort de la Pompelle
Sur le soldat de 1914                                                      crdp miens
Répartition des recrues au cours de la guerre.
Au début de la guerre les nouvelles recrues sont affectées en priorité à l’infanterie (en 1914 c’est plus de 65% des jeunes gens qui y sont affectés et en 1915 c’est 91%). Par la suite l’effectif de l’infanterie diminuera au profit de l’artillerie.(14,8% des effectifs pour la classe de 1914 et 21,8% pour celle de 1918). Le genie et l’aéronautique voient leur part de recrutement augmenter (de 1,8% de la classe 1915, ils atteindront 7,1% de la classe de 1917).Idem pour pour les sections administration et infirmiers (2% de la classe de 1914 à 9,4% de la classe 1915). TROUVER DES SOLDATS Pour augmenter le nombre de soldats, les hommes ajournés, réformés, les blessés de guerre ont du repasser des visites médicales complémentaires; Le but étant de diminuer au maximum le nombre d’hommes non mobilisés dans le pays. Par exemple pour la classe 1914 ceux indiqués ci-dessus ont été parfois convoqués jusqu’à 6 fois devant le conseil de révision (5 fois pour la classe de 1915).(source document parlementaire n°335 du 29 juillet 1924). Selon Philippe Boulanger, fin de l’hiver 1916-1917 les réformés et exemptés sont de nouveau appelés à être examinés. Sur 388 966 hommes convoqués, 148 030 hommes sont repris à la vie civile soit 38%. 80 449 hommes iront dans un service auxiliaire et 67 581 dans le service armé. Au total sur 1 993 524 examinés, 1 187 497 seront récupérés pour l’armée. Parmi les blessés pour les années 1916, 17 et 18 la proportion des blessés guéris et récupérés est de 78,9%.  
Présentation Ressources Adhésions Nous joindre Commémorations Les guerres Organisation Monuments aux morts Liens Livres Cimetières Accueil Missions
LES REGIMENTS