Sépultures Accueil Monuments aux morts Organisation Ressources Missions Adhésions Liens Nous joindre
LES TOMBES DES SOLDATS MORTS POUR LA FRANCE Les guerres
Livres Présentation LE SOUVENIR FRANCAIS du DOUBS
MORT POUR LA FRANCE (définition)
ROLE DU SOUVENIR FRANCAIS PAR RAPPORT AUX TOMBES OU OSSUAIRES          DE 1870 DEPUIS  1914 1918
MORT POUR LA FRANCE (Définition) La notion de “Mort pour La France” a été précisée dans la loi du 2 juillet1915 modifiée par celle du 28 février  1922. à l’honneur du nom de celui qui a donné sa vie pour le pays, un titre clair et impérissable à la gratitude et au respect de tous les Français” Ce titre figure sur les actes de décès des militaires et civils tués à l’ennemi ou morts dans des circonstances se rapportant à la guerre. Seule cette mention permet l’inscription des noms sur les monuments aux morts communaux et elle ne peut figurer sur une stèle que si elle a été accordée à la personne à qui elle rend hommage.
GUERRE DE 1870 A cette époque les tombes militaires individuelles étaient une exception. Nous trouvons surtout des tombes d’officiers et de quelques héros. Il s’agissait principalement de tombes collectives où les noms des soldats ne figurent pas, puisque ceux-ci ne portaient pas de plaques d’identité. Jusqu'au XIXe siècle, le rôle des monuments aux morts était plus important que celui des tombes Par le traité de Francfort qui mit fin à la guerre de 1870-1871, les gouvernements français et allemands s'engagèrent (article 16 du traité) à entretenir les tombes des militaires ensevelis sur leur territoire respectif. Le 4 avril 1873 une nouvelle loi fut enfin votée. Elle permit à l'État d'acheter des parcelles dans les cimetières communaux, et des terrains, pour y conserver les tombes des soldats « Morts pour la France ». Comme le principe de la sépulture individuelle n'existait pas pour les combattants français, qui n'étaient d'ailleurs pas équipés d'une plaque d'identité individuelle, ce fut  une majorité de soldats inconnus que l'Etat fit relever des champs de bataille et ré-inhumer dans des monuments ossuaires.
L’état fit édifier 25 grands ossuaires surmontés d’un monument. Il s’agit de Bazeilles, Orléans, Champigny, Beaune-la-Rolande, Gien, Mars-la-tour, Loigny, Le Mans, Le Havre, Lunéville, Chartres, Paris. D’une manière générale les communes et divers comités firent ériger 349 monuments funéraires et les familles 88. A Dijon se trouve un Monument ossuaire où sont inhumés 2000 soldats inconnus français et allemands. En ce qui concerne les sépultures françaises à l’étranger et notamment pour notre région avec l’ Bourbaki reposent en Suisse : 100 corps à Zurich, 98 à Berne, 24 à Fribourg, 52 à Lausanne, 27 à Lucerne, 53 à Payerne, 32 à Soleure etc. (source Ministère des Anciens combattants.) Les monuments les plus proches de notre région, élevés suite à  cette guerre sont : - Le lion de Belfort  (œuvre de Bartholdi) - La statue de Garibaldi à Dijon. Dans le Doubs il existe plusieurs monuments dédiés à ces soldats voir  notre page
ROLE DU SOUVENIR FRANCAIS   
En ce qui concerne leur tombe et les concessions perpétuelles dans les cimetières voir le site suivant: 
Législation Commémorations Présentation
Plaques
Ces tombes de 1870 1871, dans leur grande majorité, constituées par des ossuaires, bénéficient de  concessions perpétuelles acquises par l’état.