-
-
-
-
GUERRE DE 1939-1945
LE SOUVENIR FRANCAIS du DOUBS Présentation Présentation Monuments aux morts Monuments aux morts Ressources Ressources Adhésions Adhésions Nous joindre Nous joindre Liens Liens Livres Livres Commémorations Commémorations Organisation Organisation Missions Missions Accueil Accueil Cimetières Cimetières Les guerres Les guerres
L A BLITZKRIEG
Pour gagner la guerre les Allemands avaient mis au point une nouvelle façon de faire la guerre: la BLITZKRIEG. Il s'agit pour eux d'associer les blindés, l'aviation et les communications radio. Les chars sont regroupés en 10 Panzerdivisionen de chacune de 250 véhicules chacune. Les Panzers peuvent à tout instant  appeler leur aviation, les Stukas qui sont des bombardiers en piqué (une artillerie volante). Les Français, au contraire, ont peu de radios et  pas de bombardiers d'assaut.  Nos chars sont divisés en bataillon de 45 engins. Pourtant notre armée dispose d'autant de chars que nos assaillants. Le second point qui explique la victoire allemande est lié au fait que les Allemands attaquent nos troupes sur un front très étroit . Ils sont surs de pouvoir percer nos lignes.  Ensuite ils vont se répartir sur nos arrières pur détruire les lignes de communication, les renforts et les quartiers généraux.  Nos troupes en étaient restées au front statique de 14 18 c'est à dire d'une ligne continue  de soldats avec leur armement. C'est dans ce cadre que les armées allemandes traverseront les Ardennes en 48 heures alors que les français croyaient que cela était impossible. Le 12 mai les Panzer arrivent au bord de la Meuse. Auparavant le 10 mai 1940 les armées allemandes avaient lancé un piège à notre armée en se lançant dans l'attaque des Pays Bas et de la Belgique. Le but était d'attirer les 2 meilleures armées françaises et Britanniques le plus au nord possible. Cela a malheureusement fonctionné puisque ce fut l'armée du général Giraud qui fut envoyée  De plus les Hollandais capitulèrent le 15 mai. Le 16 mai les Panzers foncent jusqu'à la mer et atteignent la Manche le 20 mai. Ils encerclent nos armées.  Cinq de nos divisions se sacrifieront pour pouvoir conserver la seule sortie possible: Dunkerque. Ceci permettra de sauver 220 000 soldats anglais et 110 000  français. Le 20 mai Weygand tente de sauver la situation en créant une ligne de défense le log de la Somme et de l'Aisne qui rejoint la ligne Maginot. Les Allemands attaquent cette ligne du 5 au 10 juin. Nos soldats se battront bien. Nous avons eu 92 000 tués. Nos aviateurs ont abattu environ 1000 appareils allemands. Mais ce fut insuffisant. Paris tomba le 14 juin. Notre région fut atteinte par l'invasion allemande dès le 15 juin.   
La ligne  Maginot. Cette ligne censée protéger la France mesurait 360km et allait de la frontière belge, à l'est de la Meuse et toute la frontière allemande jusqu'à la Suisse. Il s'agissait de blocs en béton à ras de terre de 3,50m à 4 m d'épaisseur. A l'intérieur de ceux-ci il y avait les logements des hommes, des magasins et des centrales électriques. A leur sommet se trouvaient des tourelles en acier spécial pour le tir des canons de 75 et de 135. Il pouvait également y avoir des mitrailleuses, des canons antiaérien. Entre ces blocs se trouvaient des casemates dotées de mitrailleuses et de canon antichar.  Devant eux il y avait des fossés antichars et des murs de rails que les blindés ne pouvaient franchir. A l'arrière de ceux-ci de puissants canons étaient prêts à les défendre. Malheureusement pour des questions de crédit elle ne fut pas construite entre la Meuse et Dunkerque. Bien entendu c'est par cet espace que troupes allemandes passèrent.