-
-
Retour
-
-
GUERRE DE 1914
LE SOUVENIR FRANCAIS du DOUBS
Les regiments engagés:
Voici la liste des régiments de notre région qui ont participé à ce conflit
Besançon faisait partie de la 7ème région militaire. cette région comprenait notamment l’Ain, le Doubs, le Territoire de Belfort,la Haute Saône (moins l’arrondissement de Gray) une partie des Vosges et du Rhône.
Pour connaître le détail des BATAILLES où sont décédés nos soldats  voici un lien avec un site très complet sur ce sujet 
En ce qui concerne les pertes un autre site intéressant:                                                      
Pour l’infanterie: 35ème et 42 ème RI de Belfort, ,44ème RI de Lons Le Saunier, et le 60ème RI de Besançon, le 152ème RI de Gérardmer, 171 ème et 172 RI de Belfort, le 5ème et le 15ème  BCP de Besançon-Remiremont. Pour la cavalerie : 11ème et le 14ème RCC  (régiments de chars de combats) de Vesoul et de Dôle, le 12ème Hussards de Gray, le 11ème dragons de Belfort et 18ème dragons de Lure.   Pour l’artillerie: le 4ème et 5ème RAC  de Besançon et le 47ème RAC de Héricourt., 
A ces régiments il faut ajouter ceux de réserve et territoriaux. Pour Belfort il s’agit de: 235, 242, 371 et 372èmeRI; Pour Besançon le 260 ème RI et le 54éme RIT et pour Besançon Remiremont le 45 et 55ème BCP; Pour Lons Le Saunier le 244ème RI et le 53ème RIT; Pour Geradmer le 352ème RI.
Dans notre département
Bien que les chiffres varient selon leurs auteurs (écrivains, sites) il y a eu- pour le Doubs (source Docteur Claude Bonnet “Monuments aux morts” dans le département du Doubs) : 11364 personnes  “Morts pour la France” ce qui correspond à 3,79% de la population contre 3,35% pour l’ensemble de lnotre pays.   
-  
. .
PREMIERE GUERRE MONDIALE ET LE DOUBS
Historique du 60ème RI pendant le guerre de 1914-1918:                              
Le 60 ème RI a été formé par Louis XIV pour servir sur les bateaux. Le Maréchal Bernadotte y a débuté en 1780. Le Général Monclar y fit la guerre 14-18. Le Général Nivelle a écrit de lui en 1917 : « Remarquable régiment qui s’est trouvé aux endroits où il y avait des risques à courir et de l’honneur à gagner ».  La 14 ème Division dont les 4 régiments d’infanterie avaient obtenu la fourragère, fut appelé «la division des As ». Pour ce faire chaque régiment a choisi pour signe distinctif un des As du jeu de cartes. Pour le 60 ème RI (Besançon)  ce fut l’As de cœur, le 35ème RI (Belfort) l’As de Trèfle, le 42ème RI (Belfort) l’As de carreau et le 44 ème RI (Lons Le Saunier) l’As de Pique. Lorsque son régiment d’Artillerie divisionnaire reçut à son tour la fourragère il choisit Le Joker.  Son drapeau : Marengo 1800, Wagram 1809, Valence 1812, Kabylie 1857, L’Ourcq 1914, Champagne 1915 1918, Verdun 1916-1917et l’Aisne 1917-1918. Ce régiment fut décoré de la croix de Guerre 1914-1918 avec 4 palmes et de celle de 1939-1945 avec 1 palme. 
Le 60ème régiment d’infanterie eut plusieurs milliers de tués.  Il était formé pour l’essentiel par des Francs Comtois. Il comptait 2 208 hommes en 1914. Il fallut le reconstituer 8 fois pour combler les pertes.
Le 60 ème RI
Au niveau des monuments aux morts pour les régiments, il existe, à Montbéliard le monument du 21 ème  Chasseur et à Besançon celui de la caserne Vauban pour les 60ème et 260ème Régiments d’infanterie, du 54ème Régiment d’Infanterie Territoriale et du 7ème Bataillon de Mitrailleurs. HISTOIRE DE CES REGIMENTS
LES PERTES
Pour  avoir plus de détails sur ces régiments         
PERSONNES CELEBRES du département (tuées au cours de cette guerre)
Pour notre région militaire (la 7ème)  il y a eu 233 622 mobilisés, 40 568 tués (soit 17,36%) et 14794 prisonniers.
Selon l’historien Philippe Boulanger la Franche-Comté fait partie des régions qui ont contribué, plus que d’autres, au service militaire obligatoire. Si nous prenons la classe 1915, la Franche-Comté a fourni jusqu’à 80% de jeunes gens au service armé aux unités combattantes contre 70% pour le reste de la France.
André PEUGEOT Il fut le premier soldat français tué alors même que la guerre n’était pas déclarée. Caporal au 44ème régiment d’infanterie de Montbéliard.                       PEUGEOT Il était instituteur. Il a enseigné au Pissoux à coté de Villers Le Lac. Il est né à Etupes.  Le 2 août il a occupé un poste avancé à Joncherey, dans le Territoire de Belfort. Alors qu’il était accompagné de 4 hommes dont 2 Franc Comtois vers 10H30 une patrouille allemande  s’est approchée de la ferme où ils étaient installés. L’officier allemand le lieutenant Meyer tira un coup de pistolet sur le caporal Peugeot.  Celui-ci bien que blessé répliqua par un coup de fusil Lebel qui atteignit Meyer au ventre. L’Allemand tira 2 nouvelles balles sur André Peugeot  qui fut mortellement blessé. Un de ses compagnons de combat Célestin Cointret le vengera.
Louis PERGAUD Il est né à Belmont le 22 janvier 1882 et mort pour la France le 8 avril 1915. Il est l’auteur de La guerre des Boutons   (1912) et de De Goupil à Margot.               PERGAUD  
Nota: L’histoire de certains de ces régiments a également donné lieu à des livres. Il est possible de les consulter sur le site de la bibliothèque nationale:          
C’est notamment le cas pour : Le 47 ème regiment d’infanterie du Commandant Surugue                                                 Historique du 204 ème régiment d’artillerie de campagne                                                 Historique du 260 ème régiment d’infanterie                                                 Historique du 4ème régiment d’artillerie de campagne
Présentation Monuments aux morts Adhésions Liens Livres Commémorations Les guerres Organisation Missions Cimetières Ressources Nous joindre Accueil
Un exemple de mobilisation celui de la ville de Montbéliard
LES CIVILS DANS LA GUERRE
LES AMERICAINS (le camp du Valdahon)
Lorsque les Américains entrèrent dans la guerre en 1917, ils ne disposaient tout au plus que de 200 000 hommes et 150 000 de la Garde Nationale. Il leur fallut donc trouver beaucoup de soldats (par le volontariat et la conscription) pour arriver à un effectif de 2 000 000 d’hommes. Arrivés en France ils durent être les formés.  Dans ce cadre là, c’est au camp du Valdahon que furent confiée, une partie de la formation des artilleurs  (5 artilleries divisionnaires). Il s’agissait de compléter celle déja reçue aux USA. Cela ne fut pas sans poser quelques problèmes avec les habitants de Valdahon et de ses environs, dus notamment à la différence de niveau de vie. De nombreux blessés furent ensuite soignés dans ce camp. Certains y moururent. Au conflit, s’était ajoutée, la grippe espagnole. Celle-ci fit plus de morts en Europe que la guerre (22 millions dans le monde). Selon Mr André Badot (Le Valdahon 1850-2000 édition Guéniot) le nombre maximum de personne hospitalisées fut de 1335 patients le 29 septembre 1918. Il y eut même un cimetière. Selon le livre “History of the army graves registration” il y eut 233 tombes. (166 corps ont été rapatriés aux USA et 67 sont enterrés au cimetière américain de Romagne-sous-Montfaucon). En Haute Saône, au niveau aviation, en avril 1916, un groupe d'Américains réussit à former, avec l'aide d'officiers français, l'Escadrille 1 24, " l'escadrille américaine " basée sur l'aérodrome de Luxeuil-Saint Sauveur à Luxeuil-les-Bains. (Source Wikipédia) Il y eut 116 700’Américains morts au cours de la première guerre mondiale . Au cours de la seconde il y eut pour Europe-Atlantique 183 588 pertes militaires (soit  armée de terre 141 088, armée de l'air 36 461 et marine 6 039) (source Wikipédia).
Cimetière Américain de Romagne sous Montfaucon: 52 Ha composés de 14 246 pierres tombales